C’est en 1937 que s’est ouvert le dispensaire des métallurgistes au 9, rue des Bluets sur l’impulsion de l’Union des syndicats CGT de la métallurgie de la région parisienne (USM-RP). Grace aux fonds de la Société Mutualiste des Métallurgistes, l’entrepôt de machines-outils est alors réhabilité et aménagé pour devenir une polyclinique. Puis le Centre de santé s’agrandit d’une maternité-chirurgie et une annexe est créée au 94, rue Jean-Pierre Timbaud.

La poli, le Centre de santé des Métallurgistes, « Les Bluets », l’hôpital des métallos, le Centre Rouquès… autant de dénominations pour désigner un seul et même établissement celui du 9, rue des bluets et du 94 rue Jean-Pierre Timbaud.

Oeuvre sociale des métallurgistes d’Ile-de-France, la polyclinique a alors pour vocation de venir en aide aux patients (pas forcément métallurgistes ni syndiqués) en leur proposant des soins médicaux de toutes natures : médecine générale, médecine spécialisée, pédiatrie, radiographie, ondonto-stomatologie, orthopédie dento-faciale, analyses médicales, kinésithérapie…

La maternité est ouverte en 1947 par le Dr Lamaze, médecin-chef de la maternité de 1947 à 1957.

C’est en 1951 que l’établissement est renommé Centre de santé « Docteur Pierre Rouquès » en hommage au médecin et militant qui consacra sa vie à la cause de la classe ouvrière. C’est le premier établissement en France à inaugurer les méthodes de l’accouchement sans douleur.

Cette méthode introduit une conception nouvelle du travail en équipe à l’hôpital, modifie les relations du médecin et de la patiente et propose à la femme de garder la maîtrise de son corps et d’être au cœur de son projet de soin.

En 1974, le centre de planification au sein des Bluets est créé. Il est axé sur la contraception avant de proposer un accès à l’IVG à partir de 1975 (une fois la loi Veil votée).

En 1981, le centre hospitalier compte 70 lits, 25 spécialités de consultations externes, un service de radiologie, un laboratoire d’analyses médicales, une unité d’échographie, de protection maternelle et de contraception et IVG. Du fait du nombre important de collaborateurs – 240 dont 55 médecins à temps partiel – il est décidé la création d’une association qui aurait en charge la gestion du personnel, c’est ainsi qu’apparaît l’Association Ambroise Croizat.

En 1986, le dispensaire ferme ses portes, le laboratoire installé au 94 rue Jean-Pierre Timbaud disparaît avec lui ainsi que la kinésithérapie. Six ans plus tard, tout ce qui n’est pas en lien avec la gynécologie-obstétrique est abandonné.

En 2007, le centre est rebaptisé « Hôpital Pierre Rouquès « Les bluets » » et s’implante sur le site de l’hôpital Armand Trousseau.

En 2009, l’hôpital des Bluets se voit décerner le label « Hôpital Ami des Bébés ». C’est le premier établissement en Ile-de-France à se voir attribué cette distinction que délivre la Coordination française pour l’allaitement maternel aux maternités qui favorisent l’allaitement maternel.

En 2010, l’association Ambroise Croizat inaugure le centre de santé « Fernand Lamaze » implanté rue Lasson sur le site de l’hôpital Trousseau. Sa vocation est de contribuer à améliorer la prise en charge des femmes tout au long de leur vie avec une double mission : la gynécologie médicale et l’aide à la parentalité.

Aujourd’hui, l’hôpital Pierre Rouquès-Les Bluets demeure fidèle aux valeurs qui ont présidé à sa création : innovation, participation des patients aux chois concernant leur santé, solidarité avec les plus démunis, équité d’accès aux soins, respect mutuel et reconnaissance de la différence comme une source d’enrichissement.